Madeleine DE RAUCH

Publié le par monna-parfums

Madeleine de Rauch, née en 1896 à Ville-d'Avray, est une créatrice de la haute couture française. En 1932, elle fonde à Paris la maison qui porte son nom. Renommée pour la fluidité de ses vêtements et l'élégance de ses tenues de sport, elle atteint son apogée à l'âge d'or de la couture parisienne, après la Seconde Guerre mondiale.
Elle appartient à cette génération de jeunes femmes des années 1920 qui découvrent et investissent le sport. Elle pratique l'équitation, le patinage, le tennis, la natation et « tout ce qui, de manière généralement admise, marie l'élégance à l'oxygène ». C’est une excellente golfeuse. La fréquentation de sportifs et d'amateurs fortunés l'amène à rencontrer et épouser Alfred Antoine de Rauch, capitaine de l'équipe de France de hockey sur glace de 1920 à 1928 et chef de la sélection française aux Jeux olympiques d'hiver de 1924 et de 1928.
Ne trouvant pas dans le commerce les vêtements sportswear qu'elle souhaite, Madeleine de Rauch prend l'habitude de les réaliser pour elle-même. Elle est très vite sollicitée par des amies qui lui demandent des modèles similaires. En 1932, Madeleine de Rauch fonde avec ses sœurs la maison qui portera désormais son nom. Elle acquiert rapidement une renommée et une clientèle internationale pour ses corsaires de toile, ses pyjamas de plage dont le corsage forme un triangle noué au dos, ses pantalons de flanelle rayée, ses barboteuses. Parallèlement, Madeleine de Rauch développe une orientation couture plus classique.
Madeleine de Rauch installe ses salons dans l'hôtel de Ganay au 37 rue Jean-Goujon, dans le 8e arrondissement de Paris. Elle compte parmi ses clientes des femmes réputées pour leur goût, notamment Alice Revel (Paris 1894-Londres 1977), icône de la mode des années 1930, par ailleurs habituée des Maisons Molyneux et Madeleine Vionnet. Elle ne ferme pas durant l'Occupation allemande mais continue à un rythme moins soutenu. La décennie qui suit la Libération est considérée comme l'« âge d'or de la haute couture ». L'inspiration et le savoir-faire des maisons parisiennes sont alors incontestés, la clientèle internationale afflue et Madeleine de Rauch participe de ce mouvement. Sa réputation en matière de sportswear pour femmes élégantes est intacte. Ses collections de ville lui attirent une importante clientèle britannique et anglo-américaine. Ses collections qualifiées d’élégantes et de distinguées en font la couturière d’une bourgeoisie aisée et conservatrice.
En 1952, elle engage le jeune modéliste Marc Bohan qui sort de chez Molyneux et reste chez elle un an, avant de tenter d'ouvrir sa propre maison de couture avenue George-V. Elle sera d'ailleurs toujours attentive aux talents émergents : en 1961, elle aide le jeune Yves Saint-Laurent  qui cherche en urgence un atelier provisoire afin de préparer sa première collection. Au milieu des années 1950, Madeleine de Rauch ouvre une ligne de prêt-à-porter et développe trois labels.
Madeleine de Rauch poursuit son activité jusqu'en 1974, date à laquelle elle ferme définitivement sa maison.
Comme d'autres couturiers, Madeleine de Rauch a abordé l'univers du parfum. Le premier jus qu'elle lance sous son nom, Pitch, date de 1947. Son nom inspiré d'un terme de golf, ainsi que son coffret « green de golf », rappellent l'intérêt de la couturière pour ce sport. Après la fermeture de la maison de couture, la société anonyme Parfums Madeleine de Rauch est vendue et passe en diverses mains. Non renouvelés, les droits s'éteignent progressivement. Aux États-Unis, les derniers droits pour Miss de Rauch ont définitivement expiré en mai 2010.DE RAUCH Royal
DE RAUCH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article